MYLÈNE PIZZONE

La matière au cœur

À la tête de l’entreprise familiale de construction métallique Comep Sicop, Mylène Pizzone se définit d’abord et avant tout comme une femme de passion et de terrain. Son credo : trouver des solutions et grandir en technicité. Pour y parvenir, elle mise gagnant sur une équipe à sa mesure, experte, solidaire et impliquée.

Photo : Greg Bellevrat

Quel est votre parcours ?

Curieuse de nature et d’esprit plutôt scientifique, j’ai su que je voulais devenir ingénieur chimiste dès le CM2 à l’occasion d’une visite de l’Ensam de Cluny avec mes parents. Je me suis toujours informée sur ce métier, si bien que, tout de suite après mon bac et deux années de classe préparatoire, j’ai intégré l’ESCPE de Lyon. Cinq années plus tard, je me suis orientée vers les matériaux et donc l’acier. Et là, au cœur de la matière, je me suis vraiment épanouie. En fait, je n’ai pas appris un métier mais appris à comprendre. J’ai donc obtenu un master en recherche matériaux, puis je suis partie travailler six mois dans un laboratoire de recherche. Mais, pour moi, ce n’était pas assez concret… Bien sûr, j’ai pensé à l’entreprise familiale de fabrication et de montage de charpente métallique, la société Comep, que mon père a fondée en 1966 en Saône-et-Loire. En 1982, il a créé une seconde structure, la société Sicop, à Saint-Agnan, spécialisée dans la fabrication de poutres reconstituées soudées. Autant dire que j’ai grandi dans et avec l’entreprise. Nous habitions au-dessus, j’y travaillais pendant toutes mes vacances. Mon diplôme d’ingénieur chimiste en poche, je me posais beaucoup de questions sur mon avenir. J’ai eu la chance de rencontrer Jean-Louis Gauliard, que je considère comme mon mentor, qui m’a conseillé d’intégrer le CHEC option CHEM. Je me suis retrouvée toute seule à Paris et j’ai rejoint une petite équipe venant de l’ESTP qui m’a littéralement prise sous son aile. J’y ai appris la structure de A à Z et à travailler en groupe. Toujours sur les conseils de Jean-Louis Gauliard, je suis entrée ensuite chez Eiffel Constructions métalliques à Colombes, pendant deux ans, passionnée par les ouvrages d’art. Mais là, il était temps pour moi de partir pour assurer la transition avec l’entreprise familiale. Je dois avouer que le côté PME, famille et campagne me manquait un peu. C’est donc comme ça qu’à 30 ans j’ai pris la direction de Mâcon.

Double cursus, ingénieur chimiste, titulaire d’un master en recherche matériaux spécialité « matériaux polymères » et formée par le CHEC, vous rejoignez l’entreprise familiale, c’était un vrai challenge…

J’ai quitté Paris le 10 août 2010 et rejoint la Comep six jours plus tard. Les débuts, je ne vais pas le cacher, n‘ont pas été évidents. D’abord en tant qu’« enfant de » et, plus fort encore, en tant que « fille de » dans une entreprise encore très patriarcale… Les collaborateurs m’avaient connue toute petite, pour certains, j’étais toujours la « ch’tite ». Quelques-uns n’ont pas suivi. Très vite, mon père m’a laissée libre techniquement : je pouvais faire ce que je voulais. Et ce que je voulais, justement, c’était trouver des solutions, être créative. Être chef d’entreprise n’était pas une fin en soi. Je me suis toujours plus sentie comme une actrice à part entière de la construction métallique. Dix années se sont écoulées et si le chemin n’a pas toujours été facile, j’ai tout de même pu construire mon équipe, des gens aux profils un peu atypiques, comme moi. J’ai racheté l’entreprise en 2017 et suis devenue vraiment indépendante. Et je me lève tous les matins avec le sentiment d’avoir de la chance de travailler avec une super équipe, soudée, fédérée et solidaire !

Sur quels marchés porte votre activité ?

Nous intervenons essentiellement sur des marchés privés de construction comme les bâtiments commerciaux, l’agroalimentaire ou encore les plateformes logistiques. Il nous arrive également de travailler sur des projets de caves viticoles. La région s’y prête naturellement et magnifiquement. L’un des plus beaux projets originaux que nous ayons réalisés concerne le Domaine Faiveley à Nuits-Saint-Georges. Il s’agissait de la réhabilitation d’une cuverie du 19e siècle. En fanatique de Gustave Eiffel, l’idée de refaire une charpente composée d’arches de type Eiffel avec des rivets m’a enthousiasmée ! Sans réaliser des assemblages rivetés à proprement parler, nous avons trouvé des solutions qui s’en rapprochaient complètement. Ce travail d’artisan a motivé tout le monde et je pense que c’est à ce moment-là que mes équipes se sont dit que l’on pouvait me faire confiance. C’était une véritable aventure qui nous a donné de l’assurance pour la suite.

Aujourd’hui justement, quels sont vos projets ?

Jusqu’à très récemment, comme je l’ai évoqué, nous disposions de deux sites de fabrication : la Comep, située à Gibles, spécialisée dans les charpentes métalliques, et la Sicop orientée vers la fabrication de profilés et implantée à Saint-Agnan, à environ 50 km. Même si ces sociétés sont distinctes, j’ai pris la décision de les rassembler pour ne conserver qu’un seul site en agrandissant Saint-Agnan de 2 900 m2. D’un point de vue stratégique, il est aujourd’hui plus rentable de travailler sur un site unique. Mais, au-delà des économies d’échelle, mon objectif prioritaire vise à moderniser l’entreprise, la faire monter en technicité et en production. J’aimerais intervenir sur des ouvrages à haute technicité et miser sur l’innovation. Pour y parvenir, j’ai un chef d’atelier et 35 collaborateurs performants sur qui je peux compter. Moderniser, ça signifie aussi attirer les jeunes en leur montrant que l’on n’est plus dans Germinal et que l’on peut réaliser de très belles choses en charpente et… en être fier ! L’inauguration est prévue pour le mois de septembre prochain.

Comment voyez-vous l’avenir ?

L’avenir, je dirais qu’il est aujourd’hui particulièrement complexe à envisager. Nous avons traversé la période Covid, que, personnellement, j’ai très mal vécue, mais nous nous sommes progressivement adaptés. L’activité a certes ralenti, mais s’est finalement maintenue. La hausse du prix des matériaux et la guerre en Ukraine où les prix se sont envolés nous ont fait, en revanche, beaucoup plus de mal. Aujourd’hui – je parle de la construction métallique dans son ensemble –, nous naviguons à vue. Si nous avons encore de la visibilité dans nos commandes, il est impossible d’être prédictif. On ne sait pas ce qu’il va se passer, alors, on s’adapte. D’abord, du côté des jeunes pour qui la vision du travail ou du métier est complètement différente de la nôtre. La modernisation de notre site s’inscrit justement dans cette perspective : je veux rendre nos métiers attractifs et en montrer toute la technicité. Le recrutement est la clé de notre avenir. Autre cheval de bataille : la transition écologique et les solutions acier bas carbone. Mais mon ambition n’est pas de devenir une major ! Je souhaite que nous restions à taille humaine et, plutôt que cheffe d’entreprise, demeurer une cheffe d’orchestre et mettre toujours en musique la charpente métallique.

0