Le Gambetta à Nantes

Au cœur du centre-ville historique de Nantes, en allant de la place du Maréchal Foch vers le Musée des Beaux-Arts puis le Jardin des Plantes, on peut découvrir, rue Gambetta, cet immeuble contemporain et parfaitement intégré, dans la continuité d’un bâtiment historique.

Le programme regroupe 56 logements sociaux, une crèche, un centre de réinsertion sociale et des locaux d’activités (administration du musée des Beaux-Arts, de l’association gestionnaire de la résidence et de la crèche, du secours catholique). Son implantation très urbaine, le long de la rue Gambetta, donne toute sa valeur au cœur d’îlot boisé, précieusement conservé. Le projet tire parti de cette double situation pour multiplier les vues sur l’espace vert intérieur et les bâtiments anciens remarquables. Les équipements sont implantés en rez-de-chaussée, leurs façades entièrement vitrées sont tirées au cordeau le long de la rue. Les strates basses du projet, bureaux, crèche et centre de réinsertion sociale, s’enfoncent progressivement dans la pente du terrain, pour loger leurs toitures-jardins à l’ombre des cèdres et se fondent avec la topographie du jardin formant un tapis végétal qui efface les limites entre paysage et construction.

Ecriture contemporaine

Les façades étagées des logements s’étirent sur la rue Gambetta et l’espace boisé. Elles sont découpées sur toute leur hauteur, pour offrir deux grandes fenêtres urbaines sur le paysage intérieur. Les logements d’angle s’installent sur ces pignons, et se prolongent par de généreuses loggias suspendues entre ville et jardin. Autant de panoramas sur le clocher de l’église Saint-Clément et le jardin des Plantes tout proche. L’écriture contemporaine de ce projet est assumée : les bâtiments sont isolés par l’extérieur, l’ensemble des façades est paré d’un bardage en tôle d’acier, bandeaux et panneaux laqués, assurant la pérennité des façades, entre lesquelles se glissent claustras, persiennes et panneaux en tôle d’inox miroir, plissés façon rideaux. Chaque élément est réglé sur une trame d’1m de large et 2,20m de hauteur, calé entre les bandeaux horizontaux qui assurent le C+D règlementaire. Ces panneaux sont complétés de claustras coulissants pour les loggias et de volets accordéon, également en inox miroir, au droit des châssis vitrés des chambres, et des séjours non protégés par des balcons. L’ensemble forme une succession de « voilages » qui accrochent la lumière. Un dispositif qui assure également les performances environnementales et thermiques du bâtiment et permettant à chacun de contrôler la luminosité et de filtrer les vues, pour préserver le confort et l’intimité. Les contraintes urbaines sont intégrées à l’architecture pour ici révéler les qualités du site et le plaisir d’habiter en ville. En cœur d’îlot, le jardin offert aux habitants illustre une autre vision de la densité en centre-ville : généreuse et paysagère.Cette opération met en avant la volonté de l’agence, qui s’emploie à associer nature et habiter, pour offrir un « extérieur chez soi » au cœur de la ville.

Maîtrise d’ouvrage : Nantes Métropole Habitat

Maîtrise d’œuvre : Philippe Dubis Architectes ; Sibat BET TCE et économie

0