Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les dalles avec bacs collaborants

Ce type de dalle consiste à associer deux matériaux pour qu'ils participent ensemble, par leur « collaboration », à la résistance à la flexion. Ces planchers associent une dalle de compression en béton armé à des bacs nervurés en acier galvanisé travaillant en traction comme une armature.

Pour éviter le glissement entre les nervures du profil en acier et le béton, les parois latérales des bacs sont embouties ou crantées. Si elles sont en acier, les solives peuvent être rendues solidaires de la dalle en béton par l'intermédiaire de connecteurs soudés ou cloués pour constituer une poutre mixte. Une dalle collaborante peut aussi être posée sur des poutres simples (sans connecteurs).
Le résultat est une économie de béton et d'acier donc, plus globalement de poids. La rapidité de montage est supérieure à celle des systèmes traditionnels. Les planchers collaborants sont très performants pour la flexibilité et le potentiel d'évolution du bâtiment.
Les bacs collaborants sont généralement utilisés pour des portées entre solives variant de 2 m à 7 m avec une épaisseur de dalle variant dans un bâtiment courant de 8 à 30 cm. La largeur maximale des bacs est de 1 m. Les épaisseurs de tôle varient de 0,75 mm à 1 mm. Les portées du plancher lui-même peuvent atteindre 18 m, avec des épaisseurs de plancher de seulement 95 cm, faux plafond, dalle et faux plancher compris.

Vue éclatée d'un plancher mixte. 1. Connecteur soudé 2. Béton coulé en place 3. Treillis d'armature 4. Bossages sur les parois latérales 5. Solives 6. Tôle profilée en acier galvanisé ou prélaqué 7. Poutre

Les bacs peuvent être posés et fixés

  • sur la poutre ;
  • sur des cornières soudées sur l'âme de la poutre.

Dans ce cas il convient de gruger l'aile supérieure pour permettre l'insertion du bac entre les âmes des poutres.
Lors du coulage du béton, la rive du plancher est bordée par une costière er acier galvanisé, appelée « bande d'arrêt de coulage », de la hauteur du plan cher collaborant pour contenir le béton au niveau fini du plancher à réaliser.
Dans des locaux industriels ou tertiaires simples, la sous-face du bac acier simplement galvanisée ou prélaquée peut rester apparente.


Schéma de principe d'un plancher collaborant avec isolation et plafond suspendu aux bacs acier.

Pour répondre aux exigences acoustiques, thermiques ou de tenue au feu du plancher, il convient en général de lui associer d'autres matériaux. Ceux-ci assureront également un parement fini adapté aux locaux à traiter. Ils sont constitués essentiellement de :

  • •    laines minérales ; l'épaisseur de la laine varie en fonction de la nature des locaux superposés (isolation phonique) ;
  • •    plaque(s) de plâtre ; l'épaisseur de la ou des plaques de plâtre varie en fonction de la performance acoustique.

Coupe de principe sur un plancher mixte — acier-béton avec bac acier —, faux plancher et plafond suspendu.
Les réseaux passent dans le plenum à travers les poutrelles alvéolaires.
1. Plancher technique sur verins
2. Plenum
3. Plancher collaborant sur bac acier
4. Connecteur type Hilti
5. Semelle haute PRS, 1/2 IRE 450
6. Protection enduit projeté
7. Réservation
8. Passage de gaine
9. Semelle basse PRS, 1/2 HEB 340
10. Plafond suspendu

ConstruirAcier est une association loi 1901 dont l'objectif est de promouvoir l'architecture et la construction métallique. Représentant l'ensemble de la filière acier, elle a vocation à faire connaître les atouts de l'utilisation des aciers auprès des architectes, bureaux d'études, ingénieurs, enseignants, étudiants et dans les ouvrages de construction de bâtiments et de travaux publics.