Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

L'ENSA de Strasbourg

Trop à l’étroit dans leurs locaux historiques, les étudiants de l’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS) disposent depuis l’été 2013 d’un nouveau bâtiment qui double la surface globale des lieux. Audacieuse et contemporaine, cette extension en charpente métallique a été conçue par l’agence Marc Mimram.

Avant d’entamer la restructuration du bâtiment existant, l’Ecole Nationale supérieure d’architecture, située boulevard Wilson, a fait l’objet d’une extension sur 6 étages permettant de passer d’une surface de 4360 m² à 8880 m². La connexion des deux entités se fera par un passage couvert sur 2 niveaux, surplombant la rue Moll à 5m de hauteur. Pour offrir un maximum de place, il fallait pour ce nouveau bâtiment tirer parti au maximum des contraintes fixées par le règlement d’urbanisme et l’alignement avec les rue Wilson et rue Moll, non-perpendiculaires. Il faut garantir le maintien des gabarits de 12 m et de 18 m pour ces 2 rues, l’épaisseur constructible dans la largeur des 20 m et enfin les attiques en retrait préconisés.

Trois unités constructives

La solution proposée consiste en un assemblage de 3 volumes, « formant 3 unités constructives structurellement superposées, comme dans un équilibre stabilisé, unifiées par une enveloppe commune variant au gré des orientations, du mouvement des lumières », comme l’explique l’architecte-ingénieur Marc Mimram.

Ainsi, au rez-de-chaussée, un socle vitré sur la ville donne à voir l’accueil, les espaces d’exposition, la cafétéria et l’accès aux amphithéâtres situés au sous-sol. Au-dessus, trois boites métalliques superposées de deux niveaux chacune, abritent ateliers et salles d’enseignement, derrière une résille métallique qui filtre la lumière et laisse deviner la structure porteuse du bâtiment.

 

Un colombage avec des poutres en acier !

Sur les fondations viennent s’ancrer en fond de parcelle 2 blocs en béton et 7 poteaux métalliques pour soutenir l’ensemble des étages supérieurs. Ces poteaux sont de type caisson soudés, réalisés en tôles d’épaisseur 30 et 40 mm. Les niveaux R+1 et R+2 du bâtiment sont constitués de 2 boîtes B1 Ouest et B1 Est reliées par des passerelles de liaison franchissant un atrium. La boîte B2, formant les niveaux R+3 et R+4, est posée sur les toitures des boîtes B1, en ayant subi une rotation afin de s’aligner sur le boulevard Wilson. Finalement la boîte B3 reprend l’alignement de la rue Moll, identique aux boîtes B1, et constitue les niveaux R+5 et R+6.

enveloppe structurelle du bâtiment

Zoom sur les "boîtes"

Hauteur : 7m

B1 (ouest) : 13,8m x 13,4m

B1 (est) : 14,8m x 13,4m

B2 : 27,2m x 13,5m

B3 : 10,8m x 11,3m

Chacune des boîtes est une structure métallique hybride : il s’agit d’une juxtaposition de 2 systèmes avec des poutres-treillis de type Warren et des poutres échelles de type Vierendeel, sur une hauteur de 7 mètres au total. Alors que les poutres-treillis comportent des montants de triangulation disposés en V, les poutres échelles sont munies de montants perpendiculaires aux membrures, sans diagonale, dégageant ainsi des ouvrants sur la ville. Selon qu’elles soient porteuses ou non, les façades ne présentent pas les mêmes structures et épaisseurs de poutres. Une optimisation des percements a donc eu lieu en fonction de la répartition des charges. Ce treillis particulier n’est pas sans rappeler le treillis alsacien des célèbres maisons à colombages.

 Les différents éléments constituant les boîtes ont été amenés sur le chantier par convois exceptionnels. Chaque panneau de façade a été fractionné afin d’être transportable sur le réseau routier et manutentionnable au chantier. Les caractéristiques maximales retenues étaient ainsi des colis de 10 m de long sur 4 m de haut, n’excédant pas 6 tonnes environ. Les aciers utilisés sont de nuances S355.

Les planchers des différentes boîtes sont mixtes et réalisées à partir de bac acier collaborant, portés par des poutres acier alvéolaires. L’épaisseur de la dalle béton, connectée par des goujons, est de 130 mm. L’ensemble de la charpente présente une stabilité au feu d’une heure, obtenue par un système de peinture intumescente avec finition gris métallisé.

L’enveloppe du bâtiment se compose de 2 niveaux de façades : sur la charpente en acier décrite ci-dessus viennent se greffer un mur-rideau et une vêture en aluminium déployée, plissée sur mesure. Cette dernière peut glisser sur des rails pour ouvrir des vues derrière les ouvrants.
Différentes typologies d’éléments viennent s’insérer dans la façade rideau à ossature en acier galvanisé : des vitrages fixes, des châssis coulissants, des parois opaques ainsi que des ouvrants pompiers.

Les acteurs du projet

Maîtrise d’ouvrage

Ministère de la Culture et de la Communication / Oppic

Maîtrise d’œuvre

Agence Marc MIMRAM

Entreprises

Léon Grosse (gros œuvre)

Laubeuf/Zwahlen&Mayr (façades)

Dates clés

- Choix du lauréat : 30 janvier 2008

- Obtention du permis de construire : 1er mars 2010

- Démarrage des travaux :

- Démolitions : 3e trimestre 2010

- Construction : 1er trimestre 2011

- Livraison du bâtiment neuf : début 2013

- Livraison du bâtiment existant restructuré : fin 2013

 

  

Chiffres clés

- Acier : 280 t (S 355K2, S 355N, S 355J0 et J2)

- Planchers collaborants : 2700 m²

- Hauteur de chacune des boites : 7m

- Budget prévisionnel de l’opération : 29,9 M€

ConstruirAcier est une association loi 1901 dont l'objectif est de promouvoir l'architecture et la construction métallique. Représentant l'ensemble de la filière acier, elle a vocation à faire connaître les atouts de l'utilisation des aciers auprès des architectes, bureaux d'études, ingénieurs, enseignants, étudiants et dans les ouvrages de construction de bâtiments et de travaux publics.