Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

2016

 Figure emblématique des loisirs de sports d’hiver, le transport aérien par câble affirme aujourd’hui sa capacité à relever les défis d’une mobilité douce et s’affiche comme une solution privilégiée pour organiser et rendre accessible les déplacements urbains de proximité... Saurez-vous relever le défi de ce nouveau sujet du Concours Acier ?

Récompensés lors de la Steel.in 2016, la grande cérémonie des prix de l'architecture acier qui a eu lieu à Paris le 5 octobre dernier, les lauréats du concours Acier 2016 sont :

Premier prix : Le Funambule

Amélie Amblard, Lisa Busmey, Coraline Huot-Marchand,
Enzo Sessini // ENSA Strasbourg

Le téléphérique s’inscrit dans la périphérie strasbourgeoise et relie les villes d’IIlkirch-Graffenstaden et d’Ostwald séparées par des éléments infranchissables par voie terrestre. Dès lors le système de téléphérique monocâble pulsé à mouvement unidirectionnel discontinu permet une
flexibilité du système selon de futurs usages projetés, comme une station intermédiaire. Située à Illkirch, la gare de départ concentre de nombreux flux de circulation (tramways, bus, voitures, vélos). Conçue comme un ensemble diurne et nocturne, elle comporte trois niveaux libres permettant un parcours
fluide dont l’espace majeur est le rez-de-chaussée pensé comme un espace traversant organisé autour de boites fonctionnelles et autonomes. Le projet assure une corrélation entre l’architecture et le téléphérique par un travail sur l’équilibre structurel. Par la réinterprétation du travail de Jean Prouvé, un système de portique à trois articulations a permis de libérer le rez-de-chaussée. L’architecture comme les pylônes assure un lien entre la ville et la nature
par un dialogue avec le paysage. La nature s’imprime sur l’architecture, de la même manière que celle-ci marque le paysage.

Prix spécial : High Liane

Guillaume Bichon, Victor Donnart, Aglaé Lebot, Antoine Trémège // ENSA Nantes

La fermeture des chantiers navals de Nantes en 1987 impulse une réflexion sur la mutation des espaces désindustrialisés et leur réappropriation : valoriser la mémoire pour créer une identité commune. La High Liane relie des points stratégiques de Nantes en proposant un voyage à bord d’animaux, au coeur d’une nature mécanique. Les animaux volent d’arbre en arbre, transportant des passagers qui participent à l’expansion de la migration urbaine. Ces transports
organisent la ville autour d’axes majeurs, des polarités se créent aux arrêts desservis. Chaque poteau est composé de racines qui se soulèvent pour créer
des foyers de sociabilité, à l’aide de mobilier urbain, de rangements, de composts... La cime est faite de branchages composés d’un système de production d’énergie électrique à base d’éoliennes en feuilles métalliques recyclées. La gare prend place à Commerce en réorganisant les circulations superposées au gré des besoins, pour plus de lisibilité. Le transport par câbles aériens dégage une promenade piétonne à ses racines qui entre en résonance avec la rue haute de la gare. Protégés par les feuillages, usagers, visiteurs et animaux attendent, profitent de la vue ou se reposent. La station accueille
en son sein des espaces de formation aux nouvelles technologies qui permettront d’assurer l’entretien et le maintien de la High Liane ainsi que de favoriser l’innovation au service de l’écologie

Mention : La grande traversée

Malek Monastiri, Ismael Rodriguez Lopez, Anne-Lucie Roussel // ENSA Nantes

Métamorphosé par le grand projet du Campus Paris-Saclay, le plateau de Palaiseau est une vaste étendue dominant la vallée de la Chevreuse. Futur pôle de recherche et d’enseignement de renommée internationale, le plateau
bouillonnera d’activités. C’est donc un enjeu pour les villes qu’il traverse de
considérer la lisière avec cette nouvelle pièce urbaine. S’il sera desservi par la future ligne 18 du métro, amorce de liaisons périphériques, il reste toutefois primordial de traiter la desserte via les réseaux existants. Située en extrémité communale, la gare de Lozère est une interface clé. Elle est le croisement entre le passage du RER B et la montée piétonne vers le quartier de l’École
Polytechnique, dont elle est la gare la plus proche. Cette proximité spatiale est toutefois à nuancer au vu de l’important dénivelé et de la masse végétale qui
l’en séparent. La mécanisation de la montée est alors un moyen pour relier la gare et le Campus – et de manière plus générale la vallée et le plateau –, affirmer l’importance du RER B dans la future gestion des flux, tout en permettant une accessibilité à tous. Afin de minimiser l’impact dans le paysage et l’encombrement au sol et de favoriser des lieux d’intermodalité, le
téléphérique apparaît comme la solution la plus adaptée. La ligne relie ainsi trois séquences paysagères : le plateau et ses sentiers, le quartier de Lozère et la promenade de l’Yvette. Il est ici question de traiter le pylône habité,
gare intermédiaire située au-dessus des voies du RER B.

Un premier prix, un prix spécial et une mention

Réuni le 26 mai dernier dans les locaux de ConstruirAcier, le jury du concours Acier 2016 s’est prononcé sur les 12 projets des candidats sélectionnés. Le transport aérien par câble, sujet de cette nouvelle édition, a véritablement inspiré les étudiants si bien que les échanges entre membres du jury ont été très particulièrement fructueux…

Un premier prix, un prix spécial et une mention… : voilà pour les distinctions ! Sous la houlette de sa présidente Dominique Jakob, architecte, urbaniste et designer, le jury composé d’architectes, d’experts acier et de spécialistes des transports aériens par câble, a voté. Un choix pourtant peu évident tant les projets, tous intéressants, ont le plus souvent porté sur des problématiques particulières. Certains candidats sont ainsi allés très loin dans le questionnement autour des technologies de cabines tandis que d’autres se sont attaché au réalisme structurel, à l’intermodalité, à l’environnement ou encore au désenclavement. Délicat dans ces conditions de distinguer un projet réunissant toutes les qualités... Autre signe particulier de cette édition : la remise d’un prix spécial quasi équivalent au premier prix. Mais quels que soient les projets primés, tous ont mis en avant sur des points très précis, l’intérêt du transport aérien par câble et l’utilisation de l’acier.

Rendez-vous à la Steel.in 2016, cérémonie de remise des prix de l’architecture acier, le mercredi 5 octobre prochain…

 

Composition du jury du concours Acier 2016

  • Dominique Jakob, architecte, urbaniste  et designer
  • Margaux Darrieus, journaliste AMC
  • Jérémy Germe, architecte, ancien lauréat
  • Cyril Ladier, chef de projet DGAPI, SMTC Tisséo
  • Marc Landowski, architecte spécialisé dans la construction acier
  • Marc Malinowski, ingénieur – BE Structure
  • Nicolas Moronval, responsable du pôle développement à la DDD du groupe Eiffage
  • Nicolas Tulloue, architecte, designer , Mdp Consulting
  • Laure Delaporte, ingénieur, directrice technique de ConstruirAcier

12 candidats en lice !

Architectes, enseignant, ingénieurs et spécialistes du téléphérique urbain ont examiné tous les dossiers des étudiants en architecture et école d’ingénieurs, candidats à ce nouveau concours Acier. Des concepts séduisants, de bonnes idées techniques favorisant les liaisons entre pylône, gare intermédiaire et gare principale, une intermodalité bien pensée qui prend en compte le respect de l’environnement… : il reste certes, encore de nombreux points techniques à peaufiner mais  le jury a été unanimement séduit par la qualité des projets. Car si le sujet du concours de ce cru 2016 incite à avoir la tête dans les nuages, mieux vaut garder les pieds sur terre pour pouvoir franchir la dernière étape. Rendez-vous est donc pris pour le 26 mai.

Composition du pré-jury

  • Pascal Bonaud, architecte et enseignant, URSA France
  • Cyril Ladier, chef de projet SMTC Tisséo
  • Nicolas Monroval, architecte Eiffage/Phospore
  • Justine Pinguet, ingénieur, lauréate du concours Acier 2014
  • Nicolas Tulloue Architecte et consultant, Mdp Consulting
  • Nasrine Minoui, responsable enseignement, ConstruirAcier

Concours Acier 2016 : à vos projets

Il est proposé aux candidats d’imaginer et de concevoir les éléments d’infrastructure d’une ligne de transport par câble aérien, nouveau mode de déplacement répondant aux besoins de la ville de demain : mobilité, maîtrise du foncier, intégration dans le paysage ...

Le projet s’appuiera sur le tracé d’une ligne conçue pour répondre à un réel besoin de transport et de déplacement au quotidien. Il pourra s’agir d’une ligne à créer de toutes pièces, ou bien d’une ligne existante à faire évoluer en la doublant, en la rallongeant, en la remplaçant...

  • Date limite d’inscription lundi 4 avril 2016

  • Remise des projets avant le mercredi 6 avril 2016 minuit

  • Jury final, pour les équipes sélectionnées à l’issue du pré-jury jeudi 26 mai 2016


Le règlement

L'affiche du concours

Le flyer

ConstruirAcier est une association loi 1901 dont l'objectif est de promouvoir l'architecture et la construction métallique. Représentant l'ensemble de la filière acier, elle a vocation à faire connaître les atouts de l'utilisation des aciers auprès des architectes, bureaux d'études, ingénieurs, enseignants, étudiants et dans les ouvrages de construction de bâtiments et de travaux publics.