Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Une approche réaliste du risque incendie

Depuis plus de 40 ans, la filière acier se mobilise pour connaître, analyser et comprendre les effets de l’incendie sur le comportement des bâtiments. L’avance technologique acquise lui permet aujourd’hui de proposer, en accord avec la réglementation de sécurité, des méthodes innovantes de modélisation et de calcul aboutissant à une meilleure appréhension des risques réels.

Les caractéristiques du matériau acier et les nombreux outils de simulation numérique basés sur une approche scientifique contrôlée permettent de prédire la déformation d’une structure en acier à partir de scénarii de développement du feu. Les bureaux d’ingénierie peuvent donc concevoir des structures acier en fonction d’objectifs réels de sécurité. Cette démarche constitue la base de l’Ingénierie de Sécurité Incendie (ISI).

L’ingénierie de Sécurité Incendie : une authentique mise en sécurité

S’appuyant sur des obligations de résultats, l’ISI permet de définir les mesures de prévention à adapter en fonction de l’ouvrage à construire et des scénarii d’incendies plausibles. Appliquée à la structure de l’ouvrage, l’ingénierie incendie identifie ainsi le scénario le plus défavorable en cas d’incendie. A partir de celui-ci, elle permet d’optimiser la conception structurelle du bâti et de définir les mesures permettant de répondre aux objectifs de sécurité réglementaire.
Cette approche réaliste offre au concepteur la possibilité de réaliser son projet en acier en conjuguant sécurité, respect du parti architectural et économie globale.

Les atouts de l’acier

Dès lors qu’il s’agit d’assurer la sécurité vis-à-vis du risque d’incendie, l’acier est partout présent : extincteurs en coque d’acier, réseaux de sprinkleurs en tubes d’acier, conduits de ventilation et de désenfumage en tôles d’acier galvanisé, portes coupe-feu en acier avec isolation interne ou vitrages, cloisons et structures.  Sans oublier les camions de pompiers en carrosserie d’acier et les réseaux d’alimentation d’eau en tubes d’acier de grand diamètre…
L’acier est un matériau :

Incombustible, c’est-à-dire qu’il ne participe en aucun cas à l’alimentation et au développement du feu et ne dégage aucune fumée, aucun produit toxique.

Résistant, il existe une très large gamme de nuances et de qualités d’acier, y compris pour des utilisations à haute température avec des performances garanties. Comme tous les matériaux, sa résistance avec la température. Mais l’acier est le seul matériau structurel à retrouver, lors du refroidissement qui suit un incendie, ses capacités et performances d’origine. Avec l’acier, pas de risque d’effondrement lors du passage des services de secours ou des experts après un sinistre.

Ductile puisqu’il possède une grande capacité de déformation avant rupture. Les aciers couramment utilisés dans les constructions ont ainsi une capacité d’allongement à haute température de près de 20 % avant rupture non prise en compte dans les calculs et offrent donc une sécurité supplémentaire aux concepteurs et utilisateurs. Avec l’acier, pas de risque de rupture brutale.

Homogène
, c’est-à-dire que les caractéristiques et les performances du matériau sont partout identiques. Cette performance se traduit en cas d’incendie par une absence totale de risque d’éclatement lors de l’échauffement comme lors du refroidissement.

ConstruirAcier est une association loi 1901 dont l'objectif est de promouvoir l'architecture et la construction métallique. Représentant l'ensemble de la filière acier, elle a vocation à faire connaître les atouts de l'utilisation des aciers auprès des architectes, bureaux d'études, ingénieurs, enseignants, étudiants et dans les ouvrages de construction de bâtiments et de travaux publics.